Deux semaines après leur mise en place, les membres du Groupe National de Contact pour le Dialogue et la Paix ont rendu jeudi, 18 avril 2019 une visite de courtoisie à la Haute Autorité de la Communication (HAC).

Composé de 12 membres issus des différents groupes parlementaires de l’Assemblée Nationale  plus un conseiller technique, ce Groupe de contact a  pour objectif la prévention et le règlement des conflits en République de Guinée. Initié par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), cette structure se charge d’apporter des réponses en termes de médiation aux contradictions qui pourraient naître à l’approche de chaque consultation électorale.jmj p2Après la présentation des membres du Groupe aux commissaires de la HAC par le conseiller technique, M. Justin Morel Junior , il reviendra au président de cette structure de paix et de dialogue, le Professeur  Salifou Sylla de justifier la mise en place de ce Groupe par la volonté d’instaurer le dialogue entre les fils du pays, gage certain  de  paix et de stabilité sociale et politique. En tant qu’organe de régulation des médias, le Professeur, Salifou Sylla fonde un grand espoir que la HAC pourrait être un appui inestimable permettant à son comité d’engager des actions vigoureuses allant dans le sens de l’exécution correcte de leur programme de réconciliation tant ambitionné par le peuple de Guinée.

En réponse, la Présidente de la HAC, Mme Martine Condé, s’est vivement réjouie de la mise en place de ce Groupe de contact, avant de revenir sur la composition, l’organisation et le fonctionnement de la HAC. En égrenant quelques insuffisances des deux lois : la L002 et 003, et surtout le besoin pressant de formation chez certains hommes de médias. Madame Martine Condé estime que la toute première tâche à laquelle ce Groupe doit s’atteler constitue  l’identification des foyers de conflits.

Dans le même registre, Commissaire Sékouna Kéita a tenu à attirer l’attention des membres du Groupe sur des actions qui doivent cibler les leaders politiques,  et qui, si les radios rurales sont réellement impliquées, vont d’après l’orateur fortement contribuer à l’enracinement de la démocratie.

Après avoir attentivement écouté et noté  les différentes suggestions des membres de la HAC, le président du Groupe national de contact a aussi tenu à partager l’inquiétude liée au manque d’ouverture des médias publics  à l’ensemble des sensibilités politiques du pays. Sur la question, il a été retenu que des efforts soient conjugués par toutes les parties dans ce sens, même si les leaders de l’opposition sont parfois hésitants à aller vers ces médias d’Etat.

Bureau de presse

Yamoussa Touré

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>